24 juillet 2008

Jeux Olympiques de Pékin: Berlin bis?

En cet été 2008, il est difficile de ne pas s’intéresser aux Jeux Olympiques les plus polémiques depuis ceux de 1936. Le fait est que même si l’on ne s’intéresse que de très loin à la politique et que l’on ne veut s’intéresser qu’à l’aspect sportif de cet événement (quelle idée !!...), les choses nous ramènent toujours au côté extra-sportif de la chose.

 

jo_pekin_2008

Tout comme l’Allemagne qui organisa cette grande fête du sport en 1936 sous l’ombre du nazisme et de fait de la supériorité de la race blanche sur noirs et juifs (Jesse Owens, fouteur de merde), la Chine se distingue par une odeur tenace et nauséabonde de génocide et Droits de l’Homme bafoués à l’encontre des tibétains.

 

Une raison suffisante pour que fleurissent et même se matérialisent des envies de boycott car qu’on le veuille ou non, l’organisation par un pays responsable de telles exactions et ouvertement raciste d’un événement rassembleur et historiquement considéré comme un symbole d’unité, de tolérance et de fraternité est tout simplement choquant.

 

Non content de se voir reprocher son irrespect des Droits de l’homme, le gouvernement chinois en a rajouté une couche en interdisant, pendant la durée des Jeux, l’entrée des bars aux noirs et mongols (les habitant de la Mongolie, je précise au cas où…). Bref encore une belle preuve d’ouverture et d’humanisme des autorités qui considèrent ces derniers comme étant des fauteurs de trouble.

 

Pourquoi ne pas parler plutôt d’une décision raciste qui nous ramène bien 50 voire 60 années en arrière. Les athlètes noirs pourront-ils se faire servir au village olympique ? (question ridicule mais au point où on en est…). Plus sérieusement, à quelques semaines du début des Jeux, avec des chefs d’états songeant sérieusement à se faire porter pâle pour la cérémonie d’ouverture, avec la plupart des délégations composées de noirs (je ne parle même pas des familles), j’irais même plus loin en disant avec la possibilité que le prochain président des Etats-Unis soit noir, la Chine continue de créer la polémique.

 

La question du boycott revient sans cesse. C’est une question de principes donc totalement subjective. Il est facile de comprendre qu’un sportif y réfléchisse à deux fois avant de renoncer à sa participation à un événement de cette envergure, très souvent un rêve d’enfant et auquel une future participation n’est pas garantie. De plus les sponsors jouent évidemment un rôle très important dans cette décision, nouvelle preuve que la politique est étroitement liée au sport dans ce cas qu’il s’agisse de la politique d’un état ou de la politique d’une entreprise.

 

La Chine nous signifie clairement que seul son avis importe et que sa souveraineté prime. Cette logique implacable nous réserve des Jeux Olympiques explosifs (ce n’est pas un jeu de mots de mauvais goût) ; une atmosphère tendue et des incidents ou plutôt des actions du côté des sportifs sont à attendre. Au moins une chose est sûre, nous ne sommes pas près de les oublier…Wait and see

Posté par T_Mac à 17:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Jeux Olympiques de Pékin: Berlin bis?

Nouveau commentaire